Aller au Contenu
Choose language

Safidy

SDSR Actors For Increased Development of Young People

Introduction à l’approche SDSR

Qu'est-ce qu'une approche fondée sur les droits en matière de santé sexuelle et reproductive?

L’approche fondée sur les droits à la santé sexuelle et reproductive (SSR) véhicule le principe que toute personne a droit à l'égalité des chances et à l'accès aux services liés à la santé sexuelle et reproductive. Cela permet à chaque individu d'avoir une vie sexuelle épanouie, sans risque, et de disposer de son corps de manière autonome, loin de toute coercition, violence ou discrimination.

La conceptualisation de la SSR en tant que droit humain est de plus en plus reconnue comme un élément essentiel pour l'amélioration de la santé sexuelle et reproductive. La communauté internationale reconnait que pour garantir la durabilité d’une meilleure santé sexuelle et reproductive, il faut aborder les valeurs fondamentales de la société qui violent les droits de la SSR tout en responsabilisant les organismes et institutions gouvernementaux.

Les experts de l'ONU ont déclaré que le droit à la santé sexuelle et reproductive fait non seulement partie intégrante du droit à la santé, mais est également fondamentalement lié à de nombreux droits de l’homme, notamment le droit à l'éducation, au travail et à l'égalité, ainsi que le droit à la vie, à la confidentialité, au libération de la torture et à l’indépendance de chacun. Néanmoins, en raison de nombreuses lacunes juridiques, procédurales et pratiques; de problèmes sociaux et de barrières culturelles, de nombreuses personnes dans le monde n’ont toujours pas la possibilité d'accéder aux informations et aux services de bonne qualité pour protéger leur santé sexuelle et reproductive.

Pourquoi cibler les jeunes?

A l'échelle mondiale, ce sont les jeunes qui sont extrêmement vulnérables à la violation des droits en matière de santé sexuelle et reproductive. Et généralement, les femmes et les filles sont les plus exposées aux maladies liées à la SSR. D'innombrables filles et jeunes femmes sont contraintes à avoir des rapports sexuels non-consentis, augmentant ainsi le risque de grossesses non désirées, les infections sexuellement transmissibles dont le VIH, les avortements non médicalisés et les accouchements dangereux pouvant éventuellement aboutir à la comorbidité comme la fistule vaginale ou même la mortalité maternelle. Par ailleurs, les impacts physiques de la violation des droits en matière de SSR sont suivis d’effets psychologiques et sociaux comme le renforcement des stéréotypes de genre qui limitent la participation sociale, politique et économique des femmes.

Même s’ils sont exposés à un risque élevé de violation de droits en matière de SSR, beaucoup de jeunes dans le monde se retrouvent dans l’impossibilité d'accéder aux informations nécessaires et à des services fiables et de bonne qualité en SSR.

Près de la moitié de la population malgache sont âgés de moins de 15 ans

SRHR class in progress at a high school

Quel est l’apport de SEED Madagascar? 

Partenariat-2.jpg

SEED Madagascar, à travers le projet Safidy, travaille avec le Ministère de l'Education Nationale en développant un programme éducatif fondé sur les droits en matière de santé sexuelle et reproductive afin de faire face aux risques auxquels les jeunes à Madagascar sont confrontés.

Une éducation fondée sur le droit à la santé sexuelle et reproductive aborde non seulement les sujets relatifs au bien-être physique, mental et social ainsi que tout ce qui concerne la sexualité ou l’appareil reproducteur d’une personne ; elle met également l'accent sur les droits de l'homme. Elle englobe des idées telles que l'autonomisation des femmes, l'égalité du genre et la disposition de son corps. 

Dans l’immédiat, l’approche vise à s'assurer que les individus acquièrent les connaissances nécessaires afin de pouvoir jouir d’une bonne santé sexuelle et reproductive. En outre, elle vise à favoriser une culture de changement de comportement durable offrant aux individus les outils et l'autonomie nécessaires pour bien comprendre ses droits en matière de santé sexuelle et reproductive et les revendiquer.

Pourquoi est-ce important à Madagascar?

Madagascar ne dispose pas de données complètes en matière de SSR et les dispositions sur l’éducation à la santé sexuelle dans le programme national sont limitées. Jusqu’à présent, il y a eu absence de moyens centralisés, standardisés et efficaces pour transmettre aux jeunes les messages et les informations clés au sujet de la santé sexuelle.

Les barrières culturelles, les problèmes logistiques, procéduraux et juridiques constituent des défis importants dans la mise en œuvre du programme SDSR à Madagascar. Cependant, sachant qu’une fille sur trois a déjà eu son premier enfant avant ses 18 ans et que bon nombre d’entre elles n’ont pas fini l’école, le besoin d'un cadre SDSR vigoureux et complet est plus que jamais nécessaire.

Par ailleurs, étant donné que près de la moitié de la population malgache ont moins de 15 ans, il est capital de s'assurer que les jeunes ont accès à des informations factuelles sur le SDSR. Le non-respect de ces dispositions mettrait en péril leur santé sexuelle et reproductive et constituerait une violation directe de la déclaration des droits de l'homme que Madagascar a ratifié.